Lorène de Ratuld piano

Musicienne exigeante et passionnée, Lorène de Ratuld est engagée dans la découverte de répertoire méconnu et dans la transmission de la musique moderne. En musique de chambre ou en soliste, elle est l’invitée d’importants festivals en France tels l’Orangerie de Sceaux, Piano à Auxerre, Matinales d’Arles, Piano en Saintonge, Serres d’Auteuil, Piano en Valois, Les moments musicaux de Chalosse, Musiciennes à Ouessant avec le Quatuor Antigone, le Festival Berlioz avec la violoniste Vanessa Szigeti. Elle se produit dans de grandes salles parisiennes (Gaveau, Cortot, Cité de la Musique, Musée de l’armée des Invalides…) et joue aussi régulièrement à l’étranger (Festival de Salzbourg, Festival de la Ruhr, Midis-Minimes en Belgique, Chopin-gesellschaft à Darmstadt, Cluj modern festival en Roumanie…). On peut l’entendre à la radio, sur France Musique et France Culture et à la télévision, la chaîne LCI lui consacre un portrait. Ses disques sont salués par la critique : l’Académie Charles Cros lui attribue un « Coup de Cœur » pour son enregistrement Dutilleux/Beffa (Ameson) et le disque Lucien Durosoir (Alpha) avec la violoniste Geneviève Laurenceau reçoit le Gramophone recommends.

Parmi ses réalisations importantes, on peut noter une grande tournée en Roumanie en octobre et novembre 2010, au cours de laquelle elle joue à plusieurs reprises un programme de musique française (Debussy, Ravel, Nadia Boulanger, Karol Beffa) et le Concerto pour la main gauche de Ravel avec l’orchestre Filarmonica de Stat « Transilvania ». En 2011, elle est invitée avec la violoniste Vanessa Szigeti par la Fondation Bru Zane à mettre en valeur le patrimoine musical romantique français. Les musiciennes jouent à plusieurs reprises en Italie et en France (Festival de l’Epau, Festival Berlioz) le même programme mettant à l’honneur certains compositeurs français de cette époque (Bruneau, Widor, Hahn, Durosoir). Lorène sera à nouveau au Palazzetto Bru Zane en 2012 pour son festival Antiquité, Mythologie et romantisme en compagnie de la violoncelliste Aurélienne Brauner avec qui elle forme le duo Luperca. Elles y interprèteront notamment des oeuvres de Rita Strohl et Théodore Dubois. Le duo se produira également en Suède et dans divers festivals en France au cours de la saison 2012-2013.

Lorène de Ratuld

Photo : Sylvain Marchand

Lorène de Ratuld reçoit une riche formation au CNSM de Paris : au Prix de Piano Mention Très Bien à l’unanimité, première nommée qu’elle obtient auprès de Brigitte Engerer succède un cycle de perfectionnement avec Jean-François Heisser. Elle suit parallèlement les classes de musique de chambre en trio avec piano (Christian Ivaldi) et d’accompagnement vocal (Anne Grappotte). Elle bénéficie également des conseils de quelques-uns des pianistes pédagogues les plus féconds : Dominique Merlet, Pascal Devoyon, Idil Biret, Ferenc Rados, Vladimir Tropp, Vitaly Margulis. Lorène de Ratuld se distingue ensuite aux concours internationaux : elle est lauréate du Concours International de Piano Seiler en 2003, du Concours International Piano Campus 2004 (Piano Campus d’Argent, Prix de la SACEM, Prix Universal Music Classics et Prix Classica-Répertoire) et obtient le Premier Prix Lucien Durosoir au Concours de musique de chambre Musiciens entre guerre et paix. En 2005, l’Académie Internationale de Musique Maurice Ravel lui décerne le Prix de l’Académie. Elle est lauréate du Prix International Pro Musicis 2011 qui offre aux musiciens primés des concerts publics et des concerts dits de partage pour des personnes en situation de souffrance.

Son itinéraire l’a incitée à aborder des répertoires originaux et des pratiques musicales ouvertes. Elle a ainsi côtoyé le monde du théâtre avec deux spectacles, l’un autour du Quatuor pour la fin du temps de Messiaen et l’autre autour de Scriabine en s’associant à quatre autres pianistes (E. Swiercz, G. Couteau, S. Thomopoulos, F. d’Oria-Nicolas). Elle a également proposé des concerts croisant interprétations et improvisations avec le pianiste Karol Beffa et joue régulièrement la musique de son temps dont elle est parfois dédicataire : Nicolas Bacri, Karol Beffa dont elle a créé pour le Festival d’Auvers-sur-Oise la dernière œuvre pour piano dans le cadre d’un hommage rendu à Henri Dutilleux, Jacques Boisgallais, Olivier Greif, Félix Ibarrondo…